jeudi 9 février 2017

De Wäschbur/le lavoir


F

Lors de sa construction en 1931, une dalle en béton recouvrait ce lavoir public. Il est alimenté par la source en provenance du Théiwesbur situé à gauche de l’église. En 2016 le lavoir fut réaménagé, la dalle enlevée, et transformé en bain de pieds/Kneipp-Bad pour le grand plaisir des gens lors des mois de chaleur. C’est devenu un espace de rencontre et d’échange. Pit Weyer, graphiste, dessinait le garde-corps entourant le lavoir et il reproduisait la couleur locale du quartier avec des lavandières, du linge, des oies et un gamin jouant avec un bateau. Les luxembourgeois, à la vue du Théiwesbur, fredonnent de suite une chanson populaire de Fritz Weimerskirch: d’Lidd vum Théiwesbur.

L

1931 gouf dëse Wäschbur mat engem Betonsdeckel gebaut. E gëtt duerch d’Théiwesburquell gespeist déi ënner der Strooss aus dem Théiwesbur lénks niewent der Kierch leeft. 2016 gouf de Wäschbur als  Kneipp-Bad/Foussbad ëmgebaut fir de Leit zur waarmer Joreszäit d’Méiglechkeet ze ginn, sech ze begéinen a sech z’erfrëschen. De Pit Weyer huet d’Gelänner entworf mat de Wäschfraen, den Inten, der Wäsch an engem Bouf dee spillt, fir d’Atmosphär erëmzeginn, déi fréier hei bestanen huet. Gläich fält engem d’Lidd vum Théiwesbur (Fr. Weimerskirch) an: Kanner, o Kanner, o quel malheur, mir mussen aus der rue des fleurs …




Aucun commentaire:

Publier un commentaire